Finhaut-Emosson, Vallée du Trient, le 7 septembre 2018 – Les panneaux kilométriques blancs-jaunes, ornés par le célèbre logo du Tour de France avec des pourcentages qui frôlent les 12,3% de pente étaient déjà en place depuis quelques semaines. Dès aujourd’hui, c’est officiel: Finhaut-Emosson possède -en tant que première station en dehors du territoire français- le label « Route du Tour ». Le dernier panneau à 1965m d’altitude a été dévoilé aujourd’hui par Christian Prudhomme, directeur de l’épreuve.

Le col de la Forclaz et l’ascension de Finhaut-Emosson ont reçu une magnifique reconnaissance décernée par ASO (Amaury Sport Organisation), l’organisateur de la plus grande course cycliste mondiale et 3e événement sportif mondial. Challenge réussi notamment grâce à l’excellente collaboration entre les deux co-présidents du comité d’organisation de l’étape du Tour de France 2016 à Finhaut-Emosson Alain Gay-des-Combes et Cédric Revaz, qui ont tissé des liens étroits et amicaux avec Christian Prudhomme.

« Décor unique pour magnifier les exploits des champions cyclistes »

Christian Prudhomme: « La vallée du Trient, avec notamment la montée vers le barrage de Finhaut-Emosson, offre un décor unique pour magnifier les exploits des champions cyclistes.  Deux ans après avoir servi d’écrin à une arrivée d’étape inédite sur le Tour, c’est tout un symbole que cette ascension, ainsi que celle du col de la Forclaz, soient les premières en dehors du territoire français à bénéficier du label « Route du Tour ». Les visiteurs du monde entier et en premier lieu les cyclos, pourront se mettre dans la peau des coureurs de la Grande Boucle quand ils viendront les gravir »

Co-président du comité d’organisation en 2016, Alain Gay-des-Combes qui a piloté le projet de labellisation en collaboration avec ASO et le canton du Valais dont notamment Vincent Pellissier, chef du service de la mobilité, indique : « l’honneur, le bonheur, la fierté et l’émotion engendrés par cette labellisation pour la petite commune de 430 habitants au cœur de la vallée du Trient. Ce site si merveilleux avec son panorama de rêve, l’imposant barrage, le redoutable et tant redouté enchainement Forclaz-Emosson a tous les ingrédients pour devenir une référence internationale en matière de cyclisme ».

Pour la commune de Finhaut, il s’agit là: «d’un élan supplémentaire plus que positif dans sa volonté de développer l’offre « Vélo » et plus globalement toutes les activités de plein air possibles en collaboration avec la destination Vallée du Trient Vallorcine. Un vif remerciement à ASO, à Alain et Cédric, et au service de la mobilité de l’Etat », dixit Valentin Gay-des-Combes, vice-président, en charge des sports.

Du côté du canton du Valais, par la voix du secrétaire général du département de l’économie et de la formation, Pierre-Yves Délèze souligne: « l’immense honneur pour le Valais d’accueillir le premier parcours labellisé « Route du Tour » hors du territoire français et l’extraordinaire produit touristique en découlant. Il ajoute : « Le canton du Valais accorde une réelle importance au développement du vélo sur son territoire. Notre canton espère accueillir régulièrement le Tour de France sur ses routes et il est prêt à y apporter le soutien nécessaire».

Ascensions mythiques

Pour l’heure, très peu de collectivités possèdent ce label lancé en 2017 sur les cols d’Izoard (Hautes Alpes), de la Planche des belles filles (Haute-Saône) et de Peyra-Taillade (Haute Loire). La Forclaz et Finhaut-Emosson s’inscrivent donc dans la liste « des ascensions considérées comme mythiques » par le Tour de France et rejoignent le Pic de Nore et la montée de la Croix Neuve à Mende, visités et équipés cette année par le Tour. « Cela réjouira probablement les passionnés de la petite reine se lançant à l’assaut de ces sommets », ajoute Cédric Revaz.

Cyclotourisme en constante augmentation

Cette nouvelle réussite, fruit d’une année de travail, attirera assurément encore plus de cyclo sportifs dans la vallée du Trient; à point nommé pour une vallée dynamique désirant jouer pleinement la carte du cyclotourisme en constante augmentation pour en faire une attraction phare. Pour preuve, 6585 amoureux de la petite reine ont défié la route du Tour 2016 durant l’été 2017 et pour l’été en cours, la barre des 8’000 cyclos a déjà été dépassée. La venue du Critérium du Dauphiné en 2014 a boosté la fréquentation de cette pente (8,4 % de moyenne sur 10,6 km) avec vue sur les sommets enneigés du massif du Mont Blanc. L’arrivée du Tour de France a accentué le phénomène puisque durant cet été, quotidiennement 70 à 200 sportifs défient l’ascension dorénavant classée mythique.