Blotti à 1250m d’altitude, sur une montée exceptionnel de 10.2 km de long avec une pente de 8% en moyenne, dont la partie la plus raide à 21.3% dans le village même, Finhaut a su, depuis des années déjà, attirer des amateurs de cyclisme. Après le Tour de Suisse en 1970, le Tour de l’Avenir en 2006, et le Critérium du Dauphiné en 2014, c’est la quatrième fois que la commune de Finhaut accueille l’arrivée d’une grande course cycliste. 

Finhaut est située dans la Vallée du Trient, aux confins du Valais sur la frontière franco-suisse. La commune se trouve sur la route de la Forclaz et le chemin de fer à crémaillère du Mont Blanc Express, reliant Martigny à Chamonix. Le village du chef-lieu est bâti sur une falaise vertigineuse, dans une clairière sertie de forêts de conifères. C’est un morceau de nature à l’état brut, qui a aussi attiré les dirigeants d’ASO. C’est en 2006 lors du Tour de l’Avenir que Christian Prudhomme a visité le lieu de Finhaut pour la première fois et a été convaincu des possibilités: “Nous avons vite compris votre ferveur, votre passion, votre gentillesse et la qualité de votre accueil…votre projet nous convient parfaitement”.

Transports et barrages

L’organisation d’une arrivée d’étape reine est un vrai défi pour un village de 450 habitants. Mais ces citoyens n’ont jamais eu peur de grands défis et font depuis, à peu près 700 ans, tout pour survivre à 1250m d’altitude. Ils ont le soleil comme allié, bien exposés au sud. Cette commune alpine est marquée, de 1890 à aujourd’hui, par une série de grands travaux liés aux transports, à l’hôtellerie et au tourisme, ainsi qu’à l’énergie hydro-électrique, dont le dernier chef-d’oeuvre: la station souterraine de turbinage-pompage entre le lac d’Emosson à 1930m en le lac du Vieux Emosson à 2205m, actuellement encore en construction avec un budget d’un peu moins de 2 milliards de CHF.

Sports et tourisme

Dès 1834 déjà, les guides de voyage mentionnent la vallée du Trient et le village de Finhaut. La région est de plus en plus fréquentée, grâce d’une part à la proximité des glaciers de Chamonix et, d’autre part, à l’avènement du tourisme. En effet, en 1863, le Britannique Thomas Cook, pionnier du secteur touristique, et « inventeur » des voyages organisés, emmène un groupe d’Anglais à travers la Suisse. Il relie Chamonix à Martigny, par la vallée du Trient et contribue ainsi à faire connaître Finhaut et ses environs.

Aujourd’hui, non seulement les cyclistes fréquentent Finhaut. La commune se trouve dans un vrai paradis pour les randonneurs et amateurs du trail running. Les sentiers pédestres, bien balisés et entretenus, proposent un panorama impressionnant sur le massif du Mont Blanc. Depuis le barrage d’Emosson une randonnée de 5h environ permet de découvrir dès empreintes de dinosaures vieilles de 240 millions d’années.  Les grimpeurs se régalent dans les nombreuses voies d’escalade du site de Barberine, situé en dessous du barrage. En hiver, les skieurs atteignent en 10 à 15 minutes en train panoramique du Mont Blanc Express le domaine skiable des Marécottes ou celui du Col Balme-Vallorcine, un des domaines skiables de Chamonix. Ceux qui renoncent aux remontées mécaniques se font plaisir dans des magnifiques randonnées à ski ou en raquettes, seuls ou entourés par un des accompagnateurs et guides de montagne diplômés de la région. Après le ski, la piscine couverte chauffée à 29 °C et les bistrots accueillent les sportifs et les moins sportifs.

Tous unis pour le vélo!

Les quelques 450 habitants de Finhaut aiment le cyclisme et font tout pour que les visiteurs passent une journée inoubliable lors du Tour de France en 2016!